lundi 23 avril 2012

Bon ou mauvais, le commerce sur le web des souvenirs sportifs?

OPINIONS

Il est difficile de dire si le commerce d’objets de collection sur eBay est une bonne ou mauvaise chose. Le bilan est mitigé. 

Bien sûr, la quantité abondante d’objets de collections sportives démocratise l’accès aux intéressés. Un collectionneur, qu’il soit à Malartic aux Îles Mingan, peut compléter ou débuter une collection grâce à eBay. L’abondance de l’offre rend aussi les prix plus attrayants, une situation empirée par la crise économique qui sévit aux États-Unis. Le marché américain est en pleine récession et les consommateurs coupent les dépenses qui ne sont pas absolument nécessaires. Personne ne meurt de ne pas acquérir une carte de hockey alors, forcément, le marché souffre. Cette abondance de produits en ligne a plusieurs contreparties. 

Écumer le marché
Pour pouvoir offrir ces produits les vendeurs sur le web ont complètement changé le marché de la collection. Nourrir une boutique en ligne qui offre des nouveaux produits à toutes les semaines exige une recherche active et agressive de ces produits. Auparavant les collectionneurs devaient faire preuve de patience et ils devaient être moins tatillons sur la qualité de l’objet désiré car l’occasion de l’acquérir pouvait ne pas repasser avant longtemps. Ils devaient aussi payer plus pour ces mêmes raisons. La chasse aux pièces manquantes requérait de la patience et un certain talent de négociateur.

Les revendeurs sur eBay sont parfois de redoutables hommes d’affaires avides de nouvelles collections et offrent de très bas prix pour les acquérir. On voit de plus en plus de publicités de toutes sortes qui annoncent la venue de ses rabatteurs dans la région. Ils proposent de vous rencontrer dans un hôtel ou frappent carrément à la porte. Ces stratégies ne sont pas nouvelles. Les antiquaires les appliquent depuis longtemps, mais elles sont de plus en plus agressives de sorte qu’on s’inquiète de ce qu’il adviendra du marché dans le futur.

À force d’écumer la province (tout le territoire, en fait), que restera-t-il de ces précieux trésors qui se cachent au fond des greniers dans quelques années et qui rendent l’activité de la recherche si passionnante? Ces géants du commerce sur eBay auront-ils détruit le marché par avidité? La question mérite d’être posée.

9,5% de taxes ou de profits?
Parlant de géant, on ne peut s’empêcher de dénoncer une stratégie d’un de ces grands commerçants sur le web. Une firme sur la rive Sud de Québec bien connue des collectionneurs (un incontournable du marché) insère dans les colis qu’elle envoie à ses clients une note qui les enjoint de pas émettre d’évaluation négative sur le site eBay suite à la mise en pratique de sa nouvelle politique d’appliquer la taxe de vente provinciale sur leur achat.

Ce commerçant transige annuellement des millions de dollars de marchandise et a le culot de dire qu’il n’a jamais payé ses taxes! S’il ne l’a pas fait, il s’agit d’une fraude fiscale. Alors lorsqu’il change sa politique et ajoute cette taxe à votre facture, il s’agit bien d’une hausse de son profit de ce même pourcentage. Faire un profit de 9,5% supplémentaire lorsqu’on transige plusieurs millions par année, voilà une somme plus qu’intéressante. Ne vous sentez pas trop gênés d’émettre une critique négative.

La série Penguins-Flyers en français s’il-vous-plait!

OPINIONS

Il n’est pas étonnant que le Québec se passionne pour la bataille de la Pennsylvanie à la télévision. La série entre les Penguins et les Flyers a donné lieu à du jeu excitant, viril et rapide. Les gardiens ont malheureusement été faibles et on aurait aimé voir un Marc-André Fleury au sommet de sa forme, mais ça aura donné une série très offensive, ce qui est toujours intéressant à regarder. Les poolers sont ravis.

Après chaque match, les caméras des réseaux francophones nous abreuvaient de commentaires des joueurs en français. Ils sont nombreux dans les deux camps et ce ne sont pas les moindres. Les Letang, Dupuis, Després, Fleury, Brière, Talbot, Couturier jouent tous un rôle de premier plan pour leur équipe et que dire de Claude Giroux qui a complètement éclipsé Crosby et Malkin dans cette série. Présentement, il est de loin le joueur favori pour remporter le trophée Connie Smythe, attribué au meilleur joueur des séries. Attendons avant de le couronner, il ne s’agit que de la première série et les Flyers sont loin de la Coupe aux lèvres.

La série prouve que le talent francophone peut jouer un rôle primordial dans la LNH. Cela nous ramène à la triste situation du Canadien. Non seulement ils n’ont que peu de francophones au sein de leur équipe, mais ce sont généralement des joueurs de soutien. Le public a l’impression que ces joueurs sont dans l’équipe pour lui donner une belle façade auprès des amateurs. Seul David Desharnais, un joueur invité qui a causé une surprise inattendue à la direction, joue un rôle de premier plan chez les francophones et il est le seul à l’avoir fait depuis plusieurs années.

Quel contraste entre le Canadien et les joueurs aux prises dans cette série Pittsburgh-Philadelphie. Poutant le Canadien n'a que lui à blâmer. Prenez par exemple la signature de Maxime Talbot par les Flyers. L’animateur radio, Mario Langlois, déclarait cette semaine sur les ondes du FM 98,5: «Deux millions, ce n’est pas si cher pour s’acheter un coeur», disait-il au sujet de Talbot dont la tenue courageuse inspire la troupe de Philadelphie. Le Canadien qui aurait pu signer Talbot, agent libre cet été, nous a donné un quatrième trio pivoté par Peteri Nokelainen…

Encore une fois, ça nous fait dire: vivement le retour des Nordiques. Merci Bob et Pierre, un peu francophones, mais profondément anglophiles.

lundi 16 avril 2012

Comment vendre une collection de cartes sportives


On nous demande parfois comment faire pour vendre une collection de cartes sportives ou de souvenirs sportifs divers comme de l'équipement ancien, des chandails, des items autographiés, des jeux de hockey sur table, etc. Voici quelques conseils qui pourront vous être utiles si vous souhaitez obtenir le meilleur prix ou connaître la façon qui vous conviendra le mieux pour vendre ces items.

Estimez votre collection
Premièrement, vous devez estimer la valeur de vos objets. S'il s'agit de cartes sportives, commencez par vous procurer le magazine Beckett. L'édition mensuelle de la revue publie toujours une liste exhaustive des grandes séries de cartes de hockey ou de baseball. Vous pourrez trouver ces magazines chez presque tous les marchands de cartes dont ce site vous donne une abondante liste à http://howiemorenz.blogspot.com/p/ou-trouver-des-cartes-sportives.html. Les magazines qui traitent de basketball ou de football sont plus difficiles à trouver. Vous devrez probablement les acheter sur le site de Beckett. Le Beckett’s donne une idée assez juste du marché, mais généralement la publication donne la valeur maximale qu'on peut obtenir d'une carte. 

Une carte parfaite
La valeur maximale d'une carte dépend d'une série de critères qui ne pardonnent pas:
• Le carton doit être parfait, sans plis (crease en anglais) et les coins bien nets. 
• L'impression doit être parfaitement claire et les couleurs le plus éclatantes possibles. Certaines cartes anciennes étaient parfois très mal imprimées et la qualité d'impression variait énormément d'une carte à l'autre. 
• La carte doit être impeccablement propre, sans souillures. 
• Finalement, elle doit être parfaitement centrée, une rareté dans certaines séries anciennes.

Le Beckett vous renseignera aussi sur les cartes qui ont le plus de valeurs dans une série comme les cartes recrues, les joueurs vedettes ou les listes de vérification qui ont toujours une valeur étonnante. La raison est simple: les collectionneurs les utilisaient pour comptabiliser les cartes qu'ils possédaient de sorte qu'elles sont toujours généreusement barbouillées. De plus, il n'avaient jamais besoin d'une deuxième liste qu'ils s'empressaient de jeter aussitôt, découragés de les apercevoir à la place d’une précieuse carte manquante à leur collection. Une liste de vérification vierge en bon état vaut une belle somme.

Une autre source de renseignements faciles à obtenir est le site d'enchères eBay. Vous aurez la réelle mesure de la valeur de votre carte en la comparant avec des objets similaires. Plus l’objet affiche les mêmes qualités que votre carte, plus vous saurez combien vous obtiendrez pour la votre.

Il vaut mieux ne pas trop se fier aux cartes offertes à prix fixe sur eBay. Les commerçants qui les mettent en vente les surestiment largement en attendant de recevoir une offre décente qui sera forcément moins élevée. Ces items peuvent rester en vente pendant des années.

Nous vous conseillons d'ouvrir un compte eBay et de mettre les items similaires aux votre dans votre liste d'objets à suivre de façon à connaître le prix de vente finale. Plus vous aurez de comparables, meilleure sera votre évaluation.

Consulter un marchand
Une autre façon d'évaluer la valeur de votre collection est de l'apporter chez un marchand et de lui demander de le faire pour vous. Encore là, la prudence est de mise. Le prix qui vous est offert pourrait dépendre de l'intérêt du commerçant à l'acquérir lui-même pour la revendre à profit. Il vaut mieux demander l'avis de plus d'un commerçant. Référez-vous aux listes fournies sur ce blogue pour connaître la liste de la boutique la plus près de votre domicile: http://howiemorenz.blogspot.com/p/ou-trouver-des-cartes-sportives.html. Contactez-nous pour connaître nos favoris.

Vous pouvez aussi consulter la liste des commerçants qui n'ont pas pignon sur rue, mais demeurent d'excellentes sources: http://howiemorenz.blogspot.ca/p/collectionneurs-bonnes-adresses.html. Ce sont soit des revendeurs qui se promènent d'expositions en expositions ou de grands collectionneurs qui revendent leurs surplus.

Certains revendeurs viennent aussi à vous. Il y a naturellement les antiquaires qui parcourent la province à la recherche d'objets anciens. Parmi eux, certains se spécialisent dans les items sportifs. Habituellement, ils utilisent des envois directs par la poste ou des annonces dans les journaux locaux pour avertir de leur intérêt ou du lieu de rencontre. Souvent, ils louent une chambre ou une salle dans un hôtel de la région et donnent rendez-vous aux intéressés.

Comme dans tous les cas précédents, il est important de savoir que tous ces gens sont des revendeurs. Ils visent donc à faire un profit en achetant vos biens et ils sont habituellement assez prudents dans leur estimation des gains potentiels. Après tout, il s'agit d'une relation d'affaires. Il est normal de recevoir une offre qui varie entre 10% à 40% de la valeur réelle de l'objet. La rareté d'un objet ou sa condition exceptionnelle de conservation peuvent améliorer l'offre.

Les grandes maisons d'enchères
Il existe quelques compagnies spécialisées (Classic Auctions, Leland's ou Heritage Auctions) qui font des enchères prestigieuses sur internet. La firme Classic Auctions, de Delson sur la Rive sud de Montréal, a vendu récemment le chandail que portait Paul Henderson lorsqu'il a compté le but qui donnait la victoire au Canada face à l’URSS lors de la fameuse Série du siècle en 1972 pour la somme record de 1,2 millions. Ces enchères sont connues et attendues par les grands collectionneurs. Ces firmes ne font que peu d'enchères annuellement, mais elles offrent des pièces d'une qualité ou d'une rareté exceptionnelle. Elles peuvent être une option intéressante si vous possédez ce type d'items. 

Par contre, elles demandent de généreuses commissions autant au vendeur qu'à l'acheteur. Le prix de vente s'en ressent durement. Ainsi, si vous obtenez 1000$ pour un objet, vous payez une commission sur la vente et l'acheteur doit payer au moins 30% supplémentaires pour les frais d'achat, les taxes et la livraison de l’objet. Les acheteurs connaissent ces importants détails et la somme qu'ils misent tient compte des frais supplémentaires.

Obtenir le prix maximum
Pour maximiser ses profits, il vaut mieux éviter les intermédiaires et s'adresser directement aux collectionneurs. Il existe plusieurs manières possibles:

1 Petites annonces
Utiliser les sites de petites annonces Kijiji, Craiglist ou LesPac. Vous verrez souvent des annonces d'acheteurs sur ces sites. Ils sont généralement aussi sur les listes disponibles sur ce site. Contactez-nous pour connaître nos favoris. Vous comprendrez que nous ne divulguons ses renseignements que sur demande, après s'être assurés qu'ils proviennent vraiment d'individus et non de revendeurs.

2 eBay
Mettre vous-même vos items sur le site d'enchères eBay. Il peut s'agir d'une tâche assez fastidieuse, mais elle vaudra la peine pour celui qui aura la patience de le faire. Vous devez d'abord ouvrir un compte eBay, ensuite numériser chaque pièce. 

Nous vous conseillons de regrouper plusieurs pièces si elles sont de mauvaise qualité. Cela vous évitera de les numériser individuellement. Vous y gagnerai du temps et n'y perdrai pas au change. Les pièces de mauvaise qualité se vendent très mal ou obtiennent un prix dérisoire si elles ne sont pas regroupées. Ce conseil ne tient plus lorsqu'il s'agit de cartes d'avant 1960. Même en mauvais état, celles-ci peuvent parfois rapporter une belle somme.

Vous devez ensuite produire une annonce individuelle pour chaque enchère. Regroupez vos ventes. Les textes descriptifs des items seront d'autant plus faciles à écrire puisque vous partez d'une base commune. Soyez bref. Contentez vous d'une description sommaire, la plus honnête possible sur la condition de l'objet. 

N'écrivez pas de descriptions interminables. Les acheteurs veulent savoir de quel item il s'agit, quelle est sa condition et son prix de livraison. Rien de plus. Ajoutez les frais de livraison supplémentaires que vous comptez demander si leur commande compte plus d'un objet remporté à votre enchère. Exemple: frais de livraison de 4$ au Canada et de .25 pour chaque carte supplémentaire. Un prix de livraison trop élevé en fera fuir plusieurs. Plusieurs commerçants surfacturent la livraison pour accroître les bénéfices et, généralement, cette stratégie horripile les acheteurs potentiels. 

Faites coordonner les ventes dans une intervalle d’une minute chacune. Les acheteurs resteront ainsi captifs de votre enchère plus longtemps. Une intervalle d’une minute est un débit rapide et excitant pour l'acheteur (ne négligez pas l'aspect gambling que procure la vente aux enchères chez le collectionneur). Cet intervalle est aussi suffisant pour avoir le temps de miser sur plusieurs enchères successives.

Regroupez les items d'une même série lors d'une même enchère. Un collectionneur qui s'intéresse à une série particulière aura tendance à privilégier votre site s'il contient plusieurs objets d'une même série qu'il convoite. Prenez par exemple un collectionneur qui s'intéresserait à la série Parkhurst 1960-61. Ces collectionneurs font fréquemment des recherches sur eBay en utilisant le mot-clé Parkhurst 1960 pour trouver des cartes manquantes. Si votre enchère contient 20 Parkhurst 1960-61, vous attirerez plus de collectionneurs de cette série qu'un site qui n'en offrirais que deux, aussi belles soient elles. Il feront de la date de conclusion de votre enchère un happening immanquable.

Soyez patients lors de l'enchère. Les prix grimpent aux derniers instants. Les enchérisseurs les plus fervents attendent à quelques secondes du moment fatidique pour miser. Montez-vous une clientèle captive si vous avez plusieurs objets à vendre en répétant vos enchères à intervalles réguliers. La durée d'une enchère est de sept jours. Profitez de ce délais pour intercaler vos enchères. Exemple: si votre enchère actuelle se termine le jeudi soir, planifiez la suivante le mercredi suivant. Ainsi les acheteurs qui visiteront votre site jeudi soir pour miser, apercevront les objets que vous vendrez le mercredi suivant. 

Les collectionneurs misent généralement en soirée, vous devez en tenir compte dans le choix de la date butoir. Si votre clientèle cible est dans l’est de l’Amérique du Nord (les amateurs de hockey), planifiez l'heure butoir qui leur convient. Peu demeurent éveillés pour miser au dernier moment après 21h30. Évitez les week-ends, les congés fériés ou les grandes périodes de vacances.

Bien sûr, l'utilisation du site n'est pas gratuite. Vous devez payer des frais d'inscription et une commission sur le prix de ventes d'environ 10%. Ajoutez aussi les frais du site PayPal, un incontournable pour faire du commerce sur internet. L’inscription à PayPal est rapide et facile. Il s’agit en plus d’un site très sécurisé, idéal pour la vente sur eBay. 

Certains commerçants présents sur eBay vous offrirons de faire la vente sur ce site moyennant une commission. Les frais varient, mais ils sont d'au moins 40%.

3 S’adresser au collectionneurs directement
Un collectionneur intéressé vous donnera habituellement une somme plus intéressante pour votre collection. Son but n'est pas de revendre à profit, mais de conserver ces objets. Les collectionneurs paient habituellement le prix de détail de ces objets, alors s'ils peuvent sauver un certain pourcentage (20 à 40%), ils économisent. Les revendeurs ne vous offrirons jamais 75% de la valeur au détail de votre collection à moins d'être certains de la revendre aussitôt au prix fort.

Pour trouver des collectionneurs, vous pouvez fréquenter les expositions dont vous trouverez les dates et lieux sur ce site: http://howiemorenz.blogspot.ca/p/collectionneurs-dates-retenir.html. Vous pouvez aussi joindre des forums de discussion sur le web qui vous mettrons en contact direct avec un bassin potentiel d'acheteurs. La plupart des usagers des forums s'intéressent aux collections récentes plus qu'aux anciennes, mais certains collectionneurs de vintage les fréquentent.

Vous pouvez aussi créer votre propre site web pour y mettre votre collection. Utilisez les sites gratuits (comme Blogger) pour annoncer votre collection. Cette méthode peut user votre patience, mais elle rapporte parfois des dividendes.

Vous pouvez aussi nous contacter directement. Nous vous référerons certains collectionneurs qui sauront apprécier la marchandise que vous souhaitez vendre. Encore une fois, vous comprendrez que nous ne divulguons ses renseignements que sur demande, après s'être assurés qu'ils proviennent vraiment d'individus et non de revendeurs.

Augmenter la valeur de sa collection
Si vous possédez des cartes de qualité ou de valeur exceptionnelle, il peut être avantageux de faire «grader» ces cartes. La gradation consiste à remettre ces cartes à des firmes d'experts qui leurs donnent une cote qui va de 0 à 10 sur quatre critères principaux: centrage de l'impression, coins de la carte, netteté des rebords et état de la surface.

Ce procédé convient exclusivement aux cartes de grande valeur ou aux collections dans un état exceptionnel. Le but de l’opération est de donner une preuve de la qualité remarquable ou de l’authenticité de la carte. Le collectionneur qui s’apprête à miser une somme substantielle sur une carte ne se contentera pas d’une image numérisée pour juger la valeur de cette carte. L’évaluation de l’objet par une firme de professionnels reconnus le rassurera sur sa mise. Sans cette gradation, il misera des sommes plus conservatrices. Il existe plusieurs firmes de gradation reconnues dont une qui possède son siège social au Québec.

Les prix de gradation d’une carte varient entre 25$ et 6$ selon la quantité et le délais accordé. Pour plus de 20 cartes, il faut compter environ 10$ chacune. Vous investissez donc dans le but de rassurer l’acheteur et obtenir des mises plus élevées. Il faut déterminer si l’investissement peut être profitable. 

Certaines compagnies sont plus strictes que d’autres dans leurs critères d’évaluation. Chez Beckett, par exemple, les cartes sont évaluées sur quatre critères et la note finale sera celle du critère le plus faible. 

En conclusion
Certaines collections peuvent avoir une très bonne valeur de revente. Encore faut-il bien savoir les évaluer. Il est préférable d’obtenir plusieurs avis avant de déterminer la valeur de sa collection. 

Il faut aussi choisir le mode de vente qui vous convient. On obtient moins lorsqu’on vend trop rapidement. Plus on se rapproche du collectionneur, meilleures sont les chances d’obtenir un bon prix. La méthode de vente à la pièce sur le site d’enchères eBay est une très bonne manière d’obtenir une belle somme pour une carte si vous respectez les conseils énumérés plus haut. Par contre, il faut disposer de temps car la tâche peut être ardue.

Si vous ne souhaitez pas mettre autant de temps sur cette opération, plusieurs options s’offrent à vous. Dans le cas de doute, écrivez-nous. Il nous fera plaisir de partager vos interrogations avec nos lecteurs qui vous ferons aussi leurs suggestions. Bonne chance!

samedi 14 avril 2012

Grand succès de l'exposition des collectionneurs de Drummondville

On arrive tout juste de Drummondville pour assister à cette 17e édition du Salon des collectionneurs et nous sommes ravis de notre visite.

Il s’agit tout simplement de la meilleure exposition pour les collectionneurs en tout genre au Québec. On y trouve de tout, pas seulement des articles sportifs qui constituent environ 15 à 20% des exposants. Les allées sont vastes, les kiosques sont nombreux et le public s’était déplacé en grand nombre. Il règne une atmosphère bon enfant très agréable, pas hautaine pour deux sous. Facile d’accès, le stationnement est abondant et gratuit.

Vu à Drummondville: une collection de bobépines. Aussi improbable qu’incroyable.
Il faut avouer qu’elles sont très belles.
La location des tables semble exiger un prix très raisonnable aux commerçants qui ne se font pas prier pour y aller. Le prix d’entrée de 7$ fait aussi le bonheur des visiteurs. Visiter tous les kiosques prend un bon moment, arrivez tôt si vous prévoyez prendre votre temps, ce que nous vous suggérons fortement. Le seul petit bémol est la lenteur du service alimentaire et la manie étrange des organisateurs d’annoncer la tenue du salon dans un très bref délais.

Prenez du temps pour parler aux collectionneurs à qui ce salon laisse une bonne place. Leur présence est indispensable à l’ambiance de cette expo. Ils ont tous de très bonnes histoires à raconter et ils les partagent avec plaisir. Daniel Caron, un fan inconditionnel des Nordiques de Québec, nous a raconté qu’il passaient plusieurs semaines au début des saisons de hockey à envoyer par internet des demandes de matériel promotionnel aux 30 équipes de la LNH, puis aux équipes de la Ligue américaine et à toutes les équipes des trois ligues de hockey junior au Canada. Il pouvait répéter l’expérience à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il reçoive une réponse de leur part. Imaginez le temps consacré et le matériel gratuit qu’il reçoit en retour!

Il reste une journée à ce très bon salon: www.salondescollectionneurs.com.

dimanche 8 avril 2012

L’exposition d’objets de collections sportifs du printemps à Toronto

L’exposition de Toronto a lieu deux fois par année au Toronto International Centre (6900 Airport Road).
L’édition printanière aura lieu les 4, 5 et 6 mai. Cette exposition est de loin la plus grande pour les collectionneurs de hockey (environ quatre fois plus grande que celle de Montréal).


Les invités spéciaux qui autographieront vos items sont:


Vendredi 4 mai 
(heures d’ouverture du salon 13h à 22h)
19h Eddie Shack, Rick Vaive et Doug Favell (prix 15$ chacun)


Samedi 5 mai 
(heures d’ouverture du salon 10h à 18h)

10h Tim Raines, Ferguson Jenkins, Jim Rice et Luis Tiant
11h30 Ted Lindsay (25$ regulier, 35$ grand formats)
11h30 Dominic Hasek (49$ régulier, 65$ grands formats)
13h Gilbert Perreault (25$, 45$)
13h Pat Lafontaine (40$, 60$)


Dimanche 6 mai
(heures d’ouverture du salon 10h à 18h)


11h30 Kirk McLean (25$, 35$)
11h30 Charlie Hodge (20$)
13h Ed Giacomin (30$)
13h Rogatien Vachon (30$)
14h Darryl Sittler (49$, 69$, 89$ jersey)


Infos: sportcardexpo.com

jeudi 5 avril 2012

17e édition du Salon national des collectionneurs à Drummondville - à ne pas manquer

Hors Jeu traite souvent de collections sportives. Nous vous soulignons la plupart des grandes expositions sur le sujet qui intéressent les collectionneurs francophones. Vous trouvez sur le site les dates de ces expositions. http://howiemorenz.blogspot.ca/p/collectionneurs-dates-retenir.html


Cette fois, nous aimerions vous inviter à Drummondville pour assister à une exposition annuelle qui ne porte pas nécessairement sur les sports soit la fameuse exposition multi-collections du Salon national des collectionneurs. Il s’agit de la 17e édition de cet annuel. On parle donc ici d’une recette éprouvée, une exposition bien rodée et reconnue.
Carte autocollante de la série Wacky Packages fabriquée
par Topps dans les années 70.
Cette série très éclectique et irrévérencieuse parodiait
les publicités les plus populaires à cette époque.


On trouve de tout dans cette expo: des bouteilles de boisson gazeuses, des poignées de portes, des reliques religieuses, des cartes de Batman des années 60… Parfois pas très loin du freak show dans la démesure des exposants… et des collectionneurs.


Un commerçant qui tenait un stand de cartes non-sportives au Salon des collectionneurs de Montréal en mars 2012 nous racontait: «J'adore cette expo. Autant pour la variété incroyable des collections des marchands que pour les échanges avec les clients. Beaucoup de clients apportent leur collection dans le seul but de nous la montrer. Ils ont parfois des pièces invraisemblables qu’ils ne souhaitent pas vendre, mais simplement les partager. J'ai rencontré un client qui m’a montré une collection étonnante de petites plaques d’immatriculations émises par les amputés de guerre dans les années 60 et 70 qui servaient à retracer le propriétaire d’un trousseau de clés perdues. Qui aurait cru qu’on puisse collectionner de pareilles choses».


Si l’envie de vous ouvrir sur un monde de collections fascinantes vous tente, voici les coordonnées de l’expo:


17e Salon national des collectionneurs 
Samedi 14 avril de 9h30 à 17h et dimanche 15 avril de 10h à 16h
Admission 7$, 12 ans et moins gratuit
Sortie 177 de l’autoroute 20
565 des Écoles, Drummondville
Infos: Denise Boisvert - 819 477-3279
www. salondescollectionneurs.com